Les centaines de pardons et de saints bretons illustrent l’originalité de la piété bretonne. Ils ont lieu dans des églises ou chapelles consacrées par une tradition parfois millénaire et sont l’expression de la dévotion populaire à un saint particulier, le “patron” local à qui l’on demande grâce.

Photo : comité des fêtes de Lomener

Photo : comité des fêtes de Lomener

Chaque année, le pardon rassemble les fidèles et les touristes qui viennent chercher le pardon de leurs fautes, exécuter un vœu ou demander des grâces. La messe solennelle est suivi ou précédée d’une procession ou bannières, reliques, croix, statues de saints portées par des hommes ou des jeunes filles parfois en costumes, suivies d’une cortège de pèlerins et prêtres chantant des cantiques en breton et litanies. (source : http://www.mariedenazareth.com).

A Ploemeur, plusieurs pardons sont célébrés :

Pardon de St Bieuzy : le 3ème dimanche de mai. Messe sur le port de Kerroch en mémoire des péris en mer puis procession à bord des bateaux de pêche.
St Bieuzy ou Bihy, Bihuy. Disciple de saint Gildas de Rhuys, il se construisit un ermitage sur les bords du Blavet. Il eût un jour à choisir entre guérir la meute des chiens de son seigneur atteinte de rage et ne pas célébrer la liturgie pour son peuple, ou bien célébrer ce service religieux et ne pas répondre aux injonctions du seigneur brutal qui le demandait. Il préféra ses fidèles aux chiens, ce pourquoi il fut tué d’un coup d’épée par le seigneur breton. De nombreuses fontaines lui sont dédiées en Bretagne.

Pardon de St Maudé : le lundi de la Pentecôte. Messe à la chapelle St Maudé située à proximité de la maison de santé du Divit puis procession à la fontaine.
St Maudé ou Mandé ou Maudez ou Maws. Irlandais d’origine à moins qu’il ne soit du Pays de Galles, il vécut tout d’abord en ermite en Cornouailles où un village porte son nom. Puis il se rendit en Bretagne et la tradition veut qu’il ait débarqué à Pleubian. De là, il visita de nombreux monastères dans la région de Tréguier, Dol et le pays de Léon. Enfin, il se retira dans une petite île près de Lannion.

Pardon de St Léonard : le premier dimanche de juillet. Messe à la chapelle St Léonard puis procession à la fontaine. Pour s’y rendre à partir du centre ville de Ploemeur, prendre la direction du Fort Bloqué après le lieu dit Lann Er Roch suivre la direction “usines des Kaolins”.

Pardon de Ste Anne : le 26 juillet. Messe à la chapelle. Elle est située en centre ville en direction de Lorient.
La tradition, dès les premiers siècles, appellent les parents de la Vierge Marie, Joachim (“Dieu accorde”) et Anne (“La Grâce – la gracieuse”).
L’imagination des auteurs des Evangiles apocryphes en font un couple discret, mais il était bien réel et il a su accueillir, éduquer Marie et l’éveiller dans la grâce toute spéciale qui était la sienne, et qu’ils ignoraient.
Le culte de sainte Anne apparaît dès le 6ème siècle dans certaines liturgies orientales et, au 8ème siècle dans les liturgies d’Occident. Son culte est généralisé avant la fin du 14ème siècle.
Sainte Anne est souvent représentée apprenant à lire à sa fille dans le livre de la Bible. Une icône russe, image gracieuse de l’amour conjugal, immortalise le baiser qu’ils se donnèrent lorsqu’ils apprirent la conception de Marie. C’est ainsi qu’ils ont participé au mystère de l’Incarnation.
La Bretagne, après la découverte d’une statue miraculeuse, dans le champ du Bocéno,lui a construit une basilique à Sainte-Anne d’Auray, et en a fait sa “patronne”. Les marins par le fait même l’ont choisie comme protectrice.

Pardon de Notre Dame de la Garde : le premier dimanche d’août. Messe à la chapelle N.D. de la Garde à Lomener en mémoire des péris en mer puis procession à bord des bateaux de pêches.

Pardon de St Tugdual : le dernier dimanche d’aout. Messe à la chapelle. Elle est située à proximité de la Z.A. de Kerdroual.
St Tugdual ou Tudwal ou Thual ou Pabuth ou Pabu.
Originaire du Devonshire en Angleterre, il débarque en Armorique avec plusieurs moines et plusieurs membres de sa famille dont sa mère sainte Pompaïa. Il fonde l’abbaye de Lann-Pabu dans le Léon, Trebabu-29217. Là, il retrouve de nombreux émigrés du Devonshire qui fuyaient l’invasion des Angles.
Il devient évêque de Tréguier vers 540 et il rayonne sur toute la province.

Page réalisée en collaboration avec le site internet http://nominis.cef.fr/